Fête de l’indépendance du Maroc




Le 18 novembre est un jour férié au Maroc. Et, une fois n’est pas coutume, il ne s’agit pas d’une fête religieuse. Ni du jour de Fête Nationale qui a lieu lui le 30 juillet et célèbre la Fête du Trône. Le 18
novembre est une fête politique. Et comme son nom l’indique, en français comme en arabe (Aïd el Istiqlal), c’est la fête de l’indépendance. Les Marocains commémorent la fin du Protectorat français et l’entrée dans le Maroc « moderne ».
Un peu d’histoire
C’est en 1912, que le Maroc devient protectorat français par la signature du Traité de Fès le 30 mars. Le sultan Moulay Hafiz s’engage à ne conclure aucune alliance avec un autre pays que la France et à ne contracter aucun emprunt auprès d’une autre puissance. De son côté, la France promet de respecter le sultan et la religion musulmane. Les pouvoirs du gouvernement français au Maroc seront détenus par un commissaire général de la République. Le général Lyautey (personnalité encore appréciée au Maroc aujourd’hui pour son ouverture d’esprit), est le premier à exercer cette fonction.
A la mort du sultan Moulay, en 1927, c’est Mohammed V, son fils, l’héritier de la dynastie chérifienne alaouite, qui est choisi par les autorités françaises comme sultan du Maroc. Les relations sont cordiales, même si un vent de liberté commence à souffler fortement. Ce sont les positions et les mesures antisémites du gouvernement de Vichy pendant la seconde Guerre mondiale, qu’il refuse de suivre, qui déclenchent chez le Sultan une vraie opposition.
Dès 1944, il soutient avec son fils, le futur roi Hassan II, l’Istiqlal, mouvement nationaliste marocain qui réclame l’indépendance du Maroc. Et en 1947, dans son fameux « Discours de Tanger », il réclame l’indépendance. Les relations sont alors très tendues, des manifestations, souvent suivies d’émeutes, secouent le pays, notamment en 1952. La France réagit fortement : en 1953, Mohammed V est arrêté et déporté en Corse puis à Madagascar. C’est son oncle, Mohammed Ibn Arafa qui le remplace sur le trône. Le peuple marocain, soudé, soutient son souverain en exil et le Maroc, entre 1952 et 1955, devient le lieu de violences et d’attentats. A tel point que, en 1955, le gouvernement français se voit contraint à négocier et à rappeler le sultan. Le 6 novembre 1955, le président du Conseil Edgar Faure, reconnait Mohammed V Ben Youssef Sultan du Maroc. Le gouvernement français renonce au protectorat. Tiraillée entre les premiers signes de guerres d’indépendance en Afrique du nord, la France préfère consacrer ses forces armées pour l’Algérie.
Le sultan Mohammed V, contraint à l’exil, rentre au Maroc le 16 novembre 1955 où il est accueilli triomphalement. Le 18 novembre 1955, jour de la fête du trône, il célébre la prière du vendredi dans les ruines de la mosquée Hassan et prononce un discours du trône qui scelle l’entrée du Maroc dans son ère moderne, sous le sceau de l’indépendance et de la démocratie. L’indépendance est officiellement proclamée le 2 mars 1956 et en aout 1957, le sultan Mohammed V se proclame roi du Maroc.

إرسال تعليق

0 تعليقات